Nos arbres

 

Je me présente, Yvon Grant. J'ai mis les pieds sur l'Île-des-Soeurs pour la première fois en 1975. Comme pour vous tous, l'aspect champêtre de l'IDS est au centre de ma joie de pouvoir vivre dans ce milieu. 

Au début de l'été 2019, j'ai posé une question à notre maire Jean-François Parenteau à propos des politiques de l'arrondissement sur le sujet des arbres à l'IDS. Il m'a alors référé au dossier arboricole sur le site internet de l'arrondissement.

 

Mais, ne trouvant pas là les informations assez détaillées pour l'Île-des-Sœurs, j'ai décidé de profiter de mes marches quotidiennes pour faire un inventaire de différents éléments que j'ai par la suite transposés sur une carte interactive afin que nous puissions tous, ensemble, suivre l'évolution de notre milieu champêtre:

  • arbres morts 

  • arbres remplacés

  • arbres ajoutés

  • souches avec pousses

  • souches sans pousses

  • troncs avec pousses

  • frênes pour abattage

  • frênes abattus

  • Saules pleureurs abattus

L'Île-des-Soeurs n'est pas épargnée par les ravages au Québec de l'agrile du frêne, cet insecte venu de l'Asie comme bien d'autres d'ailleurs. Des milliers de frênes ont déjà été abattus sur notre IDS, en tenant compte de l'ensemble du territoire. Et, malgré les traitements, il faut accepter la réalité que très peu pourront être sauvés. 

 

La carte interactive comprend aussi mes recommandations quant au minimum d'arbres que l'arrondissement devrait planter à l'Île-des-Soeurs au cours des quelques prochaines années.

Je n'ai pas spécifié les essences à planter. Il est cependant important que les essences choisies soient variées afin de ne pas en arriver à une situation où les frênes représentent plus de 20% de notre inventaire, alors que les normes disent qu'aucune essence ne devrait dépasser plus de 10 à 12%.  

ids 7 carte interactive.JPG

De plus, les essences devront bien se marier avec celles déjà en place. Le choix des essences devra aussi nous procurer des couleurs variées tout au long des saisons. Des variétés au feuillage hâtif au printemps. Des arbres fruitiers et fleuris.Des essences aux couleurs d'automne. Des massifs de conifères pour égayer nos longs hivers.

Mais en complément aux arbres, il faudrait planter à plusieurs endroits stratégiques des massifs d'arbustes aux couleurs variées pour agrémenter nos espaces publiques au cours du printemps, de l'été et de l'automne.

 Ce site, ayant été élaboré avec les moyens de bord, comportera certainement un certain nombre d'erreurs que je corrigerai graduellement.  De plus, je dois déjà envisager la possibilité de modifier ou regrouper certaines catégories présentées sur la carte interactive.

La mise à jour de la carte et du site sera facilitée si nous pouvons obtenir la collaboration de l'arrondissement. L'arrondissement peut très bien nous présenter un plan arboricole, mais pour pouvoir suivre sa progression nous demandons des données précises sur une base continuelle quant aux arbres abattus, plantés et remplacés, et ce, autant sur les espaces publics que sur les emprises des terrains privés.

Un deuxième volet concerne le boisé du Domaine Saint-Paul. Là aussi, il serait facile à l'arrondissement, dans un esprit de coopération, de nous fournir des données précises quant aux nombres d'arbres, particulièrement les frênes, abattus au cours de chacune des cinq dernières années, les quantités de frênes qui ont été traités au cours de ces mêmes années, le nombre de frênes identifiés pour futurs abattages.  Et, surtout, les plans quant au nettoyage des arbres abattus et du reboisement.

Un troisième volet du site concerne les ravages occasionnés par les castors sur les berges au cours de plusieurs décennies. Au nombre d'arbres abattus ou endommagés, il semble évident que les efforts de contrôle par Verdun ont été insuffisants. Il y a présentement un secteur d'activité et il est à espérer que l'arrondissement améliore son programme de protection.

Dans une future section du site, je me propose de faire un inventaire des arbres détruits ou endommagés par l'érosion des berges suite aux variations du niveau d'eau du Fleuve. Un autre problème auquel l'arrondissement devra apporter des correctifs